Texture-10-11-11.png

Ostéopathie générale

L’ostéopathie est reconnue en Suisse comme profession médicale. Elle est une profession de première intention. Cela vous permet de venir en consultation sans un bon de délégation médicale.

 

L’ostéopathie est une médecine manuelle ayant une approche tant curative que préventive.

 

Elle se fonde sur le fait que toute perturbation venant de l’extérieur ou de l’intérieur du corps va amener sur le court ou long terme un dysfonctionnement de l’organisme. 

Ce dysfonctionnement va se traduire par des symptômes physiques tels que douleurs, raideur, inflammation, fatigue accrue. Ces perturbations vont compromettre la capacité naturelle de l’organisme humain à maintenir un équilibre interne visant la préservation de la santé.

 

L’ostéopathe a pour but lors de son traitement de diagnostiquer l’origine des symptômes de son patient afin de pouvoir corriger par des manipulations les zones responsables de ceux-ci. Il est aussi, de par sa formation, apte à évaluer quand les troubles présents ne sont pas de son ressort mais méritent l’examen clinique d’un médecin ou des examens complémentaires (radiographie, IRM, prise de sang..). Il se peut que certains examens complémentaires soient nécessaires avant tout traitement afin d’établir un diagnostic différentiel ou de délégation et de vous assurer la meilleure prise en charge médicale possible. 

 

Le diagnostic ostéopathique se fonde tout d’abord sur un échange complet entre vous et le thérapeute. Ce dialogue va mettre en évidence les antécédents médicaux, la manière dont sont apparues les symptômes et les signes pouvant être associés. De cette manière, avant même d’avoir posé les mains sur son patient, l’ostéopathe a une idée de la personne qu’il va traiter, des possibles facteurs extérieurs à modifier pour optimiser son traitement et des zones corporelles qu’il investiguera en premier.

 

La deuxième étape est l’observation. En effet, en observant la statique et la manière dont bouge le patient, l’ostéopathe va déterminer les zones corporelles qui manquent de mobilité (raideur, tension, blocage,..), le schéma corporel et les pathologies ostéo-articulaires pouvant exister (scoliose, jambe courte, …).

 

Dans un troisième temps, le thérapeute va affiner et confirmer son diagnostic par une recherche palpatoire de zones moins mobiles (raides, tendues, contractées, …). Il va par son toucher sentir les parties du corps qui ne fonctionnent pas de manière optimale. Une fois le diagnostic établi, l’ostéopathe vous traitera en appliquant des manipulations sur les zones en souffrance. Les manipulations ont pour but de libérer le(s) blocage(s) trouvé(s) afin que le corps retrouve un fonctionnement adéquat et que les symptômes disparaissent.

 

Les manipulations peuvent être de plusieurs types. Il existe des manipulations dites douces, des manipulations dites structurelles (pouvant produire un craquement), des techniques myofasciales. Les techniques utilisées touchent toutes les parties de l’organisme (articulations, os, muscles, fascias, organes, nerfs, vaisseaux sanguins,…). 

Elles sont toujours adaptées à la physionomie du patient, ses antécédents, son histoire actuelle et ses propres peurs (par exemple nous ne manipulons pas par « craquement » quelqu’un qui ne le désire pas).

Le nombre de séances varie selon l’histoire de la personne, l’ancienneté du problème ou la présence de maladie chronique. Pour un problème aigu, les symptômes peuvent disparaître en une ou deux séances. Pour certains troubles chroniques, un traitement sur le long terme permet de maintenir un bon état de santé.

 

Le nombre et l’espacement des consultations se décident en accord avec le patient et selon l’évolution des dysfonctionnements.

 

Ostéopathie gynécologique

L’ostéopathie aborde le corps de manière globale. Elle intègre donc dans sa pratique la sphère gynécologique et andrologique.

 

Le petit bassin chez l’être humain est une zone de grande adaptabilité. Il est au carrefour de nos deux jambes et de notre tronc. Il contribue à l’équilibre général du corps et se retrouve en bas de la chaine gravitaire. L’ostéopathe peut, par différentes techniques manuelles, restaurer l’équilibre des différents éléments du petit bassin. Ceci dans le but de permettre une meilleure vascularisation et information nerveuse de la zone, une réduction des contracture musculaires ou des douleurs ligamentaires et donner une mobilité aux différents fascias et articulations se trouvant dans cette sphère.

 

L’approche gynécologique ostéopathique englobe tous les troubles périnéaux. Ils peuvent, par exemple, être secondaire à une chute sur les fesses, un accouchement, une opération (prostatectomie, pose de bandelette TVT), une pratique intensive de sport tels que vélo ou trampoline.

 

Pour aborder ces zones, nous avons différents outils à notre disposition, dont les techniques endo-cavitaires. Il s’agit de techniques par toucher vaginal ou toucher rectal. Ce type de techniques vous sera proposé dans le cas où nous avons besoins d’accéder directement à certaines structures pour des raisons de diagnostic et/ou de traitement. Nous les réalisons uniquement après avoir obtenu votre consentement éclairé, en vous laissant un délai de réflexion si nécessaire, en respectant votre intimité ainsi que votre aisance par rapport aux techniques endocavitaires et en vous garantissant une hygiène médicale.

 

 

Voici une liste non exhaustive des différents motifs de consultations possibles :

 

  • Les atteintes de la sphère urinaire telles que l’incontinence urinaire (conjointement à de la physiothérapie), les infections urinaires à répétitions (cystite), une vessie hyperactive, les prolapsus vésicaux de grade 1 et 2 (conjointement à de la physiothérapie)

  • Les atteintes gynécologiques telles que les dysménorrhées (douleur durant les règles), les dyspareunies (douleur durant les rapports), les vulvodynies, les douleurs liées à l’endométriose, les troubles de régularité du cycle menstruel, les troubles de la reproduction

  • Les atteintes colo-proctologiques telles que de l’incontinence anale  (conjointement à de la physiothérapie ), les hémorroïdes, la proctalgie fugace, la constipation terminale, les prolapsus anaux de grade 1 et 2 (conjointement à de la physiothérapie)

  • Les douleurs coccygiennes, pubiennes, lombaires, sacrées, des hanches

  • Le syndrome du canal d’Alcock

 
Texture-10-11-11.png

Ostéopathie pédiatrique

Comment se déroule une séance d’ostéopathie pédiatrique ?

La consultation ostéopathique débute par une anamnèse durant laquelle nous allons récolter des informations sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et du vécu de votre enfant jusqu’à aujourd’hui.  Ainsi il est important de prendre avec vous le carnet de santé de votre nourrisson ou enfant.

 

Riches des informations réunies lors de l’anamnèse nous pourrons poursuivre la séance par des tests palpatoires spécifiques et explorer ainsi le corps à la recherche de zones présentant des restrictions de mobilité susceptibles d’altérer l’état de santé de votre enfant. Nous allons ainsi chercher et traiter l’ensemble des structures perturbées afin de leur redonner une mobilité harmonieuse.

 

Les techniques sont douces et respectueuses du corps de l’enfant ainsi que de son seuil de tolérance. Il est ainsi possible d’allaiter si votre bébé à faim durant la séance ou de lui donner son biberon. Il est également possible de traiter un bébé quand il dort ou s’il a besoin de dormir.

 

Pourquoi consulter et quand consulter ?

L’ostéopathie fait partie du suivi pluridisciplinaire (pédiatre, sage-femme, physiothérapeute) entourant la naissance et la croissance d’un enfant/adolescent. Il n’y a pas d’âge minimum pour une consultation ostéopathique. Les bébés peuvent être examinés et traités dès leur naissance.

La position du foetus in utero, l’accouchement ou encore les sollicitations post-partum peuvent induire des pertes de mobilité chez le nourrisson. Ces restrictions sont susceptibles de déclencher divers troubles.

Les traumatismes physiques, les maladies à répétitions (notamment les troubles ORL), la pratique sportive/musicale régulière, l’ergonomie à l’école ou devant les écrans peuvent induire des pertes de mobilité conduisant à des troubles posturaux, des douleurs physiques ou une chronicité de certains états infectieux chez l’enfant.

 

L’ostéopathie pédiatrique a un rôle préventif et curatif auprès des nourrissons, des enfants et des adolescents. L’ostéopathe accompagne ainsi l’enfant dans son développement afin de s’assurer d’une croissance harmonieuse.

 

Voici ci-dessous une liste non exhaustive des indications à un traitement ostéopathique pédiatrique :

  • Troubles lié à l’accouchement : accouchement soit très long soit très rapide, césarienne d’urgence, présentation (siège, transverse ou face), utilisation de forceps ou de ventouse, circulaire (cordon autour du cou)

  • Naissance gémellaire ou plus

  • Prématurité

  • Déficit de mobilité ou asymétrie des mouvements (regarde toujours du même côté, difficulté à l’habillage d’un membre, 4 pattes irréguliers, déséquilibre à la marche, …)

  • Plagiocéphalie (aplatissement d’une région du crâne)

  • Troubles digestifs : coliques, régurgitations – reflux gastro-oesophagien, constipation

  • Troubles de la déglutition ou de la succion

  • Troubles ORL à répétition : otites, angine, bronchite

  • Strabisme (en parallèle avec une prise en charge ophtalmique)

  • Obstruction du canal lacrymal

  • Troubles du sommeil, irritabilité, pleurs incessants

  • Troubles posturaux : scoliose (conjointement à de la physiothérapie), attitude scoliotique, cyphose, sportif/musicien pratiquant de manière intensive

  • Troubles orthodontiques

En cas de doute sur la nécessité à consulter, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir d’en discuter avec vous.

 

Ostéopathie obstétrique

La grossesse est un magnifique processus physiologique. Durant 9 mois et la période du post-partum, le corps va se transformer, guidé par les changements hormonaux. Il s’adapte afin de créer la vie et de la porter en lui. L’équilibre habituel du corps va se trouver modifié. Il est possible que surviennent alors des douleurs ou d’autres symptômes liés à ces changements.

 

L’ostéopathie, durant la grossesse, a pour but d’aider le corps de la femme à vivre au mieux ses changements corporels et métaboliques afin que la grossesse puisse se vivre de manière harmonieuse. Il va notamment rétablir un équilibre musculo-squelettique qui va évoluer tout au long de la grossesse sous l’effet de la croissance utérine et de l’augmentation de la laxité. L’ostéopathe va également s’assurer de la bonne mobilité du bassin et du périnée afin de favoriser un accouchement physiologique.

 

Dans le post-partum, l’ostéopathe joue un rôle également important dans la récupération physique de la maman. Nous recommandons vivement au minimum une séance pour la maman après l’accouchement quel que soit le type d’accouchement (voie basse ou césarienne).

 

Voici une liste non exhaustive des différents motifs de consultations possibles durant la grossesse et le post-partum :

 

  • Les douleurs musculo-squelettiques (douleurs vertébrales, costales, coccygiennes, sciatalgies, fessalgie, pubalgie…)

  • Les tensions et douleurs ligamentaires pelviennes et gynécologiques 

  • La correction de la posture et le contrôle de la bonne mobilité du bassin pendant la grossesse, en vue de l’accouchement et en post-partum

  • Le syndrome carpien (« fourmis dans les mains »)

  • Les remontées acides, maux d’estomac, les nausées et vomissements, la constipation

  • L’apparition de troubles vasculaires fonctionnels types varices, hémorroïdes ou syndrome des jambes lourdes

  •  L’aide lors de MAP (menace d’accouchement précoce) ou contractions précoces, de bébé en siège

  • Le travail de détente musculaire sur le périnée afin de limiter les risques de déchirures

  • Les engorgements et mastites lors de l’allaitement

  • L’incontinence urinaire ou rectal et les prolapsus de grade 1 ou 2 (en parallèle avec de la physiothérapie)

  • La mobilisation des cicatrices de césarienne ou déchirure génitale